Jeux

Sous le Radar – Himno

Un platformer qui vous veut du bien

Sorti initialement sur Steam en avril 2019, Himno est loin, très loin d’être un jeu comme les autres. Non, en fait, peut-être qu’il s’agit d’autre chose. En tout cas, son créateur, David Moralejo Sánchez, le jeune, très jeune développeur madrilain derrière Medieval Shopkeeper Simulator, le décrit, lui, comme un « projet personnel » auquel il jouait pour « se relaxer » avant de le présenter au monde entier. Alors, paris réussi ? Je prends juste le temps de me faire une tisane à la menthe et on regarde ça ensemble.

Le joueur incarne Himno, une sorte de créature à l’allure de chevalier, chargé de rétablir la lumière dans un monde qui a été pendant trop longtemps plongé dans l’obscurité. Le joueur aura donc la tâche de gravir des niveaux générés aléatoirement dans le but de trouver une porte ouvrant vers un nouveau niveau (appelés ici districts) puis encore un jusqu’au dernier, le centième. Le tout en prenant soin d’allumer les torches éteintes que l’on croise sur notre chemin. On a également à notre disposition tout un arsenal de pouvoirs (ou wisps) qui viendront aggrémenter le gameplay de petits buffs (chute ralentie, sauts plus hauts, etc…) facilitant ainsi notre ascension vers les districts suivants. Attention, ne vous laissez pas avoir par le côté simpliste de son gameplay, le jeu peut en effet devenir assez difficile si vous vous donnez comme défi d’allumer toutes les torches de chaque niveau. Aussi, ce qu’il ne vous dit pas, c’est que vous avez un contrôle absolu sur votre expérience de jeu. Vous ne voulez pas vous embêter à allumer des torches ? Pas de problème ! Les possibilités d’interactions ne vous intéressent pas ? Aucun soucis ! Bref, il y en a pour tous les goûts et ça fait du bien.

Le pitch est simple ; la métaphore évidente. On peut presque voir David Moralejo Sánchez concevoir Himno comme un outil lui permettant d’allumer les torches qui s’étaient éteintes dans son esprit. Une envie, une ambition qui m’a particulièrement touché. Car, ayant découvert ce jeu dans une période assez difficile de ma vie, je peux sincèrement dire qu’il accomplit sa tâche à merveille. Tout est fait, tout est pensé pour que le joueur se retrouve comme dans une sorte de cocon. On balade notre petit personnage presque comme une excuse pour écouter la bande originale sublime et non-intrusive du jeu, pour faire bruisser les brins d’herbe pour contempler les effets lumineux qui s’en dégagent, ou encore pour tapoter les différentes poteries semées çà et là à travers les niveaux. On est donc face à quelque chose qui relève finalement plus de l’expérience sensorielle que du simple jeu vidéo – même s’il tente de nous faire croire le contraire à travers un système de scoring/points d’expérience.

UNE VRAIE PÉPITE INDÉ

On a aimé :

  • l’originalité de son concept
  • les différentes interactions possibles
  • la possibilité de choisir sa façon de jouer
  • le challenge
  • la musique dynamique et non-intrusive…

On a pas aimé :

  • …qui manque de variété
  • quelques niveaux mal générés

Vous l’aurez compris, Himno n’est pas pour tout le monde. Il est pour celles et ceux qui recherchent quelque chose en plus du pur amusement et, c’est en cela que je crois profondément qu’il est un grand jeu. Car, il m’aura marqué à la fois personnellement en plus de me marquer ludiquement et artistiquement. Et ça, peu de jeux peuvent se targuer d’y être arrivés.

Himno est disponible gratuitement sur Steam. Il est également disponible sur PS4 au tarif de $6.99 (4,99 €), Xbox One au tarif de $6.49 (4,99 €) et Switch au tarif de $5.99 (4,99 €).

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :