Jeux

Focus – Takeshi & Hiroshi

C’est ‘rop mignon ! C’est ‘rop pas bon !

Ils s’appellent Unravel, Owlboy ou encore Rime. Ils sont mignons et attirent l’oeil grâce à leur plastique impeccable. Certains d’entre eux vont même jusqu’à faire fondre le coeur de Marcus Fenix. Leur histoire est souvent naïve et vise à nous rappeler que seul l’amour peut triompher. « Un peu de tendresse dans ce monde de brutes ! » qu’on se dit en sortant déjà la carte de crédit. Le problème, c’est qu’aucun de ces jeux n’est bon. Takeshi & Hiroshi est de ces jeux-là.

Takeshi est jeune et a la tête pleine de rêves. L’un d’eux est de devenir un célèbre game designer. Il travaille depuis quelque temps sur un projet personnel nommé « Mighty Warrior », une sorte de RPG au tour par tour. Le jeu va devenir un véritable moyen de communiquer pour lui et son frère, Hiroshi, atteint d’une forme sévère d’asthme qui l’oblige à effectuer des séjours réguliers à l’hôpital. C’est cette communication là qui va façonner le gameplay de Takeshi & Hiroshi…ou plutôt son manque de gameplay. Mais, je garde mes cartouches pour plus tard.

En effet, « Mighty Warrior » va devenir le seul moyen pour Takeshi de divertir son frère et ainsi lui faire oublier sa maladie pendant un temps. Le jeu va donc alterner entre des phases cinématiques et des phases de « jeu » où Takeshi va montrer l’avancée du projet à son frère. Ces phases de « jeu » consistent simplement à envoyer des vagues d’ennemis à l’avatar (contrôlé par Hiroshi) afin de faire monter sa jauge d’excitation dans le but de lui faire aimer le jeu. A vous donc de trouver le bon dosage à chaque vague pour éviter que son personnage ne meurt entraînant ainsi pour vous un game over. Si l’histoire se révèle plutôt touchante sans jamais trop virer cul-cul la praline, les phases de gameplay sont atrocement soporifiques et inintéressantes. Devoir se coltiner les mêmes tâches à accomplir à chaque nouvelle bataille devient vite agaçant et ne donne absolument pas envie de progresser ni de faire avancer l’histoire. Pire, le jeu se montre impitoyable avec le joueur jusqu’à devenir une sorte de die and retry choupinet et sadique. C’est d’autant plus frustrant que l’on aimerait bien savoir ce que vont devenir ces deux frères qui s’aiment à l’évidence énormément. A l’heure où j’écris ces lignes, je n’ai complété que quatre chapitres sur sept et ne compte pas du tout continuer ma partie. Car, aussi triste et insensible que cela puisse paraître, le monde du jeu vidéo est déjà rempli d’histoires toutes plus intéressantes et uniques que celle de Takeshi & Hiroshi.

Zzzzzzzzzzzz

On a aimé :

  • la direction artistique aux petits oignons
  • la relation entre les deux frères

On a pas aimé :

  • la manque d’intérêt du gameplay
  • beaucoup trop répétitif
  • punitif pour rien

Takeshi & Hiroshi rejoint la longue liste des jeux « choupis » sans intérêt. Son histoire un brin originale est malheureusement polluée par des phases de jeu répétitives et ennuyeuses. Ne vous faites pas du mal et dépensez vos précieux deniers sur un autre jeu que celui-ci.

Takeshi & Hiroshi est disponible sur Switch pour environ $15.

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :