Jeux PS5 Star Wars Jeux Xbox Series X

Les jeux de 2020 de Rhagan : entre GaaS, nouveautés et rendez-vous manqués

Égoïstement, 2020 n’a pas été une année si terrible pour moi. Travaillant dans l’industrie du jeu vidéo, pour un gros studio qui plus est, je n’ai absolument pas enduré le calvaire professionnel et sanitaire que des millions d’autres personnes ont pu subir durant cette année. Je dirai même que les différents confinements et fermetures des entreprises ont été l’occasion pour moi d’améliorer mon confort de vie. Économiser les deux heures de trajet quotidien pour aller travailler n’est pas rien. Ce sont deux heures de plus que j’ai pu consacrer à faire d’autres choses parmi lesquelles on retrouve, bien sûr, énormément de jeux vidéo.

Les jeux qui m’ont marqué cette année :

Il n’y a pas que des jeux de 2020 dans les titres qui ont fait mon année. Comme il est de coutume tous les ans, Destiny 2 est là. Bien accroché tout en haut de mon classement, c’est lui qui guide le temps que je peux accorder, ou non, à d’autres titres durant la grande majorité de l’année. Si Destiny ne va pas bien, alors les autres jeux peuvent se réjouir. Si Destiny devient intéressant, ou profite d’un moment de hype, plus rien d’autre n’a d’importance…

Vient ensuite Watch Dogs Legion. Bien qu’il fasse partit des meilleurs jeux auxquels j’ai joué cette année, il revêt une importance toute particulière pour moi puisque c’est le tout premier projet AAA sur lequel j’ai eu la chance de travailler. Une première ça se fête et il mérite donc bien évidemment sa place ici.

Pour Marvel’s Avengers, je pense m’être déjà assez étendu sur le sujet à l’occasion de plusieurs articles déjà.

Microsoft Flight Simulator 2020 est tout simplement une expérience hors norme. Il faut bien sûr un bon PC pour pouvoir en profiter mais le premier vol à bord d’un avion à quelque chose de réellement unique. C’est très exigeant, pas intuitif pour un sous et ultra chronophage mais il s’agit là d’une expérience qui vaut la peine d’être vécu au moins une fois dans de bonnes condition.

De son côté Star Wars Squadrons a été LE jeu qui m’a fait craqué pour un HOTAS. Ce fut très compliqué de mettre la main dessus, mais une fois livré à ma porte, il a complètement changé mon expérience de jeu sur les jeux de vol. Ace Combat 7, Flight Simulator, Elite Dangerous et donc Star Wars Squadrons ne sont vraiment pas les mêmes jeux une fois le stick branché et bien en main. Au delà de ça, je dois avouer avoir été un peu déçu par Squadrons… Les sensations de vol sont excellentes mais je dois avouer que la campagne n’était pas à la hauteur de mes attentes qui étaient sans doutes trop hautes.

Assassin’s Creed Valhalla a toute sa place dans mes jeux de l’année puisqu’il occupe la majeure partie de mon temps de jeu depuis près d’un mois et demi. Pouvoir jouir d’un Assassin’s Creed en 60fps sur console n’a pas de prix et revenir en arrière est impossible ! Je ne porterai pas de jugement définitif sur le jeu puisque je ne l’ai pas encore fini. En revanche, je peux d’ors et déjà dire qu’il est bien trop long pour moi. Au bout de plus de 50h de jeu, je ne suis même pas sûr d’être à la moitié de la quête principale. Et pourtant, ça fait bien 10 à 15 heures que je ne m’occupe plus des tâches annexes. Là où Odyssey avait trouvé un superbe équilibre entre sa quête principale et ses quêtes annexes, Valhalla s’est renforcé sur son tronc au risque d’écœurer son publique.

L’année 2020 aura été celle où je me serai vraiment remis à The Crew 2. C’est l’année où j’ai découvert le Live Summit, cette compétition hebdomadaire permettant de gagner, entre autres, des véhicules exclusifs en temps que récompense. Rien que pour ça, ça vaut le coup d’y retourner. Dans la catégorie « comeback de l’année », je peux aussi placer Warframe, qui a su se rappeler à mes bonnes grâces grâce à une TennoCon 2020 de très haute volée. Il me tarde de mettre les mains sur la version next-gen pour reprendre mon périple aux commandes de mon Hydroid Prime.

Ces jeux que j’ai manqués en 2020…

Ghost of Tsushima est probablement mon plus gros regret de l’année. Le vrai reveal de gameplay du printemps m’avait enthousiasmé mais en plein mois de juillet, j’ai curieusement perdu mon envie de me le procurer. Je ne me l’explique pas mais il reste sans aucun conteste, le jeu que je regrette le plus de ne pas avoir fait cette année.

Dans les rendez-vous manqués du côté de chez Sony, je peux aussi citer Marvel’s Spider-Man Miles Morales et Godfall. La raison ici est toute trouvée puisque je ne me suis pas encore procurée de PS5. Je suis actuellement en train de prendre mon pied sur Spider-Man sur PS4 donc Miles Morales suivra sans doute sur cette même console mais ne pas avoir pu découvrir Godfall à son lancement me laisse un goût amère en bouche.

Celui-ci, je l’ai acheté day one, ou Day Ichi comme son édition l’indique. En effet, Yakuza Like a Dragon est rangé sur mon étagère et est déjà installé sur ma Series X. Cependant, mon temps de jeu étant phagocyté par Assassin’s Creed et mes GaaS habituels, Yakuza termine l’année avec autant de temps de jeu qu’Adil Rami pendant la Coupe du Monde 2018.

Je peux aussi citer pêle-mêle Hades, Among Us ou encore Fall Guys. Ces jeux qui ont fait le buzz depuis cet été mais sur lesquels je n’ai pas eu la chance de poser les mains.

Je terminerai ce listing avec Cyberpunk 2077. Je l’ai d’abord zappé par choix. En premier lieu parce que j’avais l’intuition d’un jeu pas si exceptionnel que ce que la presse nous vend depuis des années sans avoir pu jouer au jeu, et puis les nombreux reports laissaient présager des versions consoles mal en point. Ça n’a pas manqué. Et puis il y a eu ces affaires de crunch qu’on a tenté de dissimuler avant de les rendre officielles mais pas trop. Bref, du management vomitif qui a freiné mes ardeurs quand je pensais un peu trop à arpenter els rues de Night City. Et puis est venu le moment où je me suis dit que la version hybride sur Series X était pas si mal et que j’y jouerai pendant la vacances. Cependant, on connait l’histoire. Assassin’s Creed et sa durée de vie gargantuesque est passé par là. Là où Yakuza 7 est le Adil Rami de ma ludothèque, Cyberpunk en est le Adrien Rabiot puisqu’il n’a pas encore fait le voyage pour rejoindre le bus où mes autres jeux attendent leur moment.

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :